•        Aujourd'hui, pour changer, nous allons nous intéresser aux végétaux, en l’occurrence à un vieux sureau, un arbre qui produit à la fin de l'été  multiples petites baies noires très appréciées des oiseaux et avec lesquelles on peut faire de délicieuses confitures quand lesdits oiseaux ont l'amabilité de nous en laisser quelques unes.

    Tout d'abord, un petit rappel de botanique sommaire. Un arbre, comme tous les autres végétaux supérieurs, est constitué de trois types d'organes: des racines, des tiges et des feuilles. Les tiges forment la partie principale de son organisme, les feuilles le nourrissent par photosynthèse*.  Les racines, sont, elles,  des organes souterrains destinés à ancrer l'arbre solidement d'une part, d'autre part à prélever de l'eau et des minéraux dissous dans le sol.

    Un vieux pot de fleur vivant

     Jeune frêne et jeune érable. Les feuilles et les racines présentent une grande surface d'échanges avec l'air (captation de la lumière et du CO2 indispensables à la photosynthèse *) et  le sol (eau et sels minéraux).

      A priori, le sureau est un arbre et, de ce fait, répond à ces caractéristiques. Vous vous demandez sans doute pourquoi ce petit détour pédagogique. Patience. J'y arrive.

          Je reviens à mon vieux sureau au fond du jardin. Comme l'intérieur de l'arbre se creuse, je me décide à réaliser le projet, ancien déjà, de transformer ce vénérable ancêtre en abri pour cavernicole: mésange, sittelle, rouge-queue et plus si affinité.

             Pour cela, il faut vider la cavité. Armé de quelques outils, je creuse un trou circulaire, entrée future du nichoir naturel qui, pour l'heure, me permet d'évacuer plus facilement ce qui remplit encore l'arbre creux. Mais, très rapidement, une première surprise m'attend.  Ce n'est pas du bois pourri que je trouve à l'intérieur de mon sureau mais un véritable terreau. Deuxième surprise, je m'aperçois que l'arbre a produit des racines qui plongent dans ce terreau à l'intérieur du tronc . Elles alimentent des branches feuillées récentes et vigoureuses. A l'appareil racinaire souterrain le vieux malin a rajouté un appareil racinaire adventif à l'intérieur de son propre tronc devenu un vieux pot de fleur dans lequel il récupère une partie de la matière morte qui le constituait...

    Le vieux sureau

     Le tronc du vieux sureau présente une ouverture vers le haut qui favorise l'humidification et la décomposition de l'intérieur de l'arbre.

    Un vieux pot de fleur...

     

    Un vieux pot de fleur...

     

    Un vieux pot de fleur...

       A l'intérieur du sureau,  du terreau dans lequel l'arbre plonge des racines internes qui alimentent des rameaux jeunes et feuillés. 

       En fait, ce phénomène est courant en milieu tropical et a fait l'objet d'études scientifiques. Il concerne des essences dont le cœur est tendre ("moelle") et facilement dégradable et des individus possédant une cavité ouverte vers le haut assurant une humidification abondante de l'intérieur de l'arbre.  Ce processus est plus rare et plus lent en milieu tempéré car il est favorisé par une humidité importante et une température élevée, des conditions climatiques habituelles en milieu tropical.

    * Photosynthèse: processus biologique qui permet aux plantes de fabriquer la matière organique (matière carbonée) qui constitue ses organes à partir d'une source d'énergie: la lumière et d'une source de matière, l'eau et les minéraux du sol captés par les racines et le dioxyde de carbone atmosphérique capté par les feuilles. 

     

    En savoir plus

         LA PHOTOSYNTHESE: WIKIPEDIA

           UN SYSTEME RACINAIRE ADVENTIF DANS UN TRONC CREUX D’EPERUA FALCATA   par H. de FORESTA et F. KAHN  1984 

     

    Crédit photos: © Loxiafilms / Philippe Parolini - 2020 

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo!

    votre commentaire
  • Les agrions ou demoiselles sont des petites "libellules" plutôt jolies à regarder... de loin.

            Certains agrions, vus de près, offrent parfois un faciès surprenant. Le spécimen ci-dessous, lui, semble directement sorti d'un épisode des "Contes de la crypte"  ! Une demoiselle fort peu séduisante !

              Drôle de tête !

     


    Drôle de tête !

     

    Crédit photos: © Loxiafilms / Philippe Parolini - 2018 

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo!

    votre commentaire
  •  

         Comme tous les amateurs de macrophotographie, je tombe par hasard, en cherchant différents angles de prises de vue d'un insecte,  sur un  curieux spécimen échappant totalement à mes connaissances du moment.                             C'était le cas, en 2012, lorsque j'ai mis en ligne cette petite vidéo (Désolé pour la mauvaise qualité: du dv qui n'était certes pas de la HD !...).

           Il s'agissait en fait  d'une larve de guêpe parasite du genre Campopleginae. Après avoir achevé de dévorer de l'intérieur sa victime, ici, une chenille de noctuelle (amphipyra pyramidea), elle confectionne un cocon suspendu par un fil. Elle s'agite sans cesse et imprime des mouvements qui finissent par rompre le fil de soie.

         A terre, la larve continue à tourner dans sa boîte et provoque des déplacements de son cocon. Etrange et étonnant spectacle d'un cocon sauteur qui cessera tout mouvement dès que l'insecte aura trouvé un endroit idéal pour réaliser sa métamorphose...

           Je vous propose, aujourd'hui, de m'aider à déterminer cet autre agité du bocal dont les déplacements sont tout sauf habituels.

       Chenille parasitée (ou non)? Larve de parasite ? À vous de jouer ! 

       

       

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo!

    1 commentaire
  • Surprise du piège photographique : voici l'animal qui vient grignoter une pomme dans mon garage : un malheureux surmulot atteint d'une tumeur en "chou-fleur" sur la tête. Une image qui en dit long sur la qualité de notre nourriture et de notre environnement. Inquiétant...

     

    Raton cancéreux

       

    Crédit photographique:  © Loxiafilms / Philippe Parolini - 2017

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo!

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique