•              Costume clair, petit collier noir, l'élégante tourterelle turque (streptopelia decaocto) devient l'un des oiseaux les plus familiers de notre environnement.

          Elle se laisse approcher facilement et semble même, parfois, prendre la pose! L'occasion de faire des clichés de ce bel oiseau sans trop se fatiguer.


    Portraits d'oiseaux (11)  La tourterelle turque      La tourterelle turque se perche souvent sur les antennes de télévision ou les fils électriques. Mais aussi sur un fil de fer barbelé d'une pâture à l'occasion!

    Portraits d'oiseaux (11)  La tourterelle turque (streptopelia decaocto)

     

    Portraits d'oiseaux (11)  La tourterelle turque

     Elle fréquente les mangeoires en compagnie des moineaux domestiques.

    Portraits d'oiseaux (11)  La tourterelle turque

     

    Portraits d'oiseaux (11)  La tourterelle turque

     Le plus souvent, on l'observe en couple. 

    Portraits d'oiseaux (11)  La tourterelle turque

     

    Portraits d'oiseaux (11)  La tourterelle turque (streptopelia decaocto)

     

    Portraits d'oiseaux (11)  La tourterelle turque

     

    Portraits d'oiseaux (11)  La tourterelle turque

     

    Portraits d'oiseaux (11)  La tourterelle turque (streptopelia decaocto)

     

     La tourterelle turque choisit parfois des endroits insolites pour installer son nid !

     

    Portraits d'oiseaux (11)  La tourterelle turque (streptopelia decaocto)

    Repères:

         Originaire d'Asie et du Moyen-orient, Il semble que la tourterelle turque se soit  répandue récemment à partir de la Turquie sur tout le continent européen en quelques décennies.

         Le plus fréquemment, on l'observe en couple. Elle fréquente sans crainte les mangeoires en compagnie  des mésanges et des moineaux. A l'inverse de ce dernier, la tourterelle turque affiche des populations denses au détriment parfois de sa cousine la tourterelle des bois ( (streptopelia turtur), elle aussi en régression. Ce succès s'explique en partie par la capacité à se reproduire toute l'année, un seul couple pouvant assumer jusqu'à quatre couvées annuelles.       

     

          Longueur: 32-33 cm               

          Poids 150-200 g

          Pas de dimorphisme sexuel

          Alimentation:  graines diverses, bourgeons

     

    Portraits d'oiseaux (11)  La tourterelle turque (streptopelia decaocto)

     

     

     

     

    Portraits d'oiseaux (11)  La tourterelle turque

     

    En savoir plus:

         La tourterelle turque - oiseaux.net

         Tourterelle turque Wikipedia

    Crédit photos 1 à 11 et "phodessins" : © Loxiafilms / Philippe Parolini - 2020 

     

                                                                                                                     Photo 12:  © Leblogadupdup /Bernard Dupont

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •   

    Les polistes: making of

         Cet été, les guêpes,  particulièrement nombreuses, ont  défrayé la chronique par le danger que représente leurs piqûres.  Pour le grand public, toute guêpe est devenue un danger potentiel. Pourtant, seules deux espèces sont véritablement concernées par une crainte justifiée: la guêpe commune (vespula vulgaris) et la guêpe germanique (vespula germanica). Ces deux espèces sont agressives et sans cesse attirées par notre nourriture et nos boissons.                                         

    guêpe commune (v. vulgaris) 

                                                                                                                       

    "Les polistes": making of 

           Victimes de la mauvaise réputation de leurs cousines, sont ainsi détruits les individus et les nids de nombreuses autres espèces parfaitement pacifiques, telles que le frelon européen (vespa crabro) , la guêpe rousse (vespula rufa) ou la guêpe saxonne (dolichovespula saxonica) et, évidemment,  les héros de notre histoire: les guêpes polistes.  

     frelon européen (vespa crabro)

            Le film traite de l'espèce la plus commune en France, le poliste français ou poliste gaulois (polistes dominula).

     

    Aspects techniques du tournage:

          "Les polistes" a été tourné avec deux caméras: un Panasonic GH4 et, surtout un Canon XA 20. Ce dernier a prouvé qu'il était encore performant pour ce qui concerne la photo rapprochée en lui adjoignant la lentille additionnelle Canon D500 que je recommande aux amateurs de macrophotographie possédant un objectif avec une lentille frontale de diamètre inférieur ou égal à 77 mm. Les avantages de cette lentille: distance maximum de 50 cm du sujet, une distance qui permet de ne pas effrayer le dit sujet et permet, de surcroît d'utiliser la puissance maximum du zoom (ici, un 20x équivalent à une focale de 560mm  en 24x36). L'utilisation de la D250 est plus délicate puisqu'elle oblige à se rapprocher à 25 cm du sujet, la distance maximale pour obtenir une photo nette.

       Une petite lampe à LED a permis de filmer dans de bonne conditions les larves dans les loges. Enfin, la caméra légère est fixée sur un mini trépied pas toujours pratique pour obtenir le cadrage idéal mais indispensable pour filmer le nid dans de bonne conditions.

    Les polistes: making of

     

    Aspects naturalistes du tournage:

        Le tournage s'est déroulé sur toute la phase d'activité de l'espèce polistes domininula  l'espèce de poliste la plus courante en France, d'avril à août 2020. Le nid découvert sur le rebord d'une fenêtre dont les volets restent souvent fermés s'est révélé construit dans un endroit, sinon idéal, tout à fait favorable pour filmer confortablement le nid de petites guêpes inoffensives souvent placé en des lieux peu accessibles. Volets ouverts, la lumière autorise ainsi des prises de vue de qualité optimale. Pendant les grandes chaleurs de l'été, nous avons limité le temps de tournage à 10-15 minutes pour éviter une surchauffe du nid et une mise en danger du couvain.

    Les polistes: making of

    Reine poliste accrochée à son nid au printemps.

       L'accès facile au nid a permis de saisir des comportements intéressants: fabrication et entretien du nid, préparation de la nourriture pour les larves, ventilation.

    "Les polistes": making of

      Ouvrière poliste préparant la nourriture pour les larves

       Le  développement larvaire a pu aussi être abordé : nymphe observée dans son alvéole après dissection de sa loge, fabrication de l'opercule par la larve et émergence de l'imago. 

    Les polistes: making of

     Larve entrée en nymphose dans sa loge.

     Les polistes: making of

     Émergence d'un imago.

     Article Loxiafilms correspondant:    les polistes

     Bande annonce: voir l'actu Loxia de septembre  de nouveaux courts chez Loxiafilms

    Crédit photos: © Loxiafilms / Philippe Parolini - 2020 

    Partager via Gmail

    2 commentaires
  •  

       Le tarin des aulnes (carduelis spinus) est un petit fringille qui fréquente les mangeoires à la mauvaise saison en petites troupes de 10-15 individus.

      L'espèce présente un dimorphisme sexuel: Monsieur porte une chouette casquette noire et un joli costume jaune qui le distingue de Madame au plumage plus terne. Une information qui vous aidera à distinguer les mâles des femelles dans les photos ci-dessous.

     Portraits d'oiseaux : Le tarin des aulnes

      Femelle et mâle de tarin des aulnes présentent un dimorphisme sexuel permettant de différentier facilement les deux sexes.

     Portraits d'oiseaux : Le tarin des aulnes

     

      La période hivernale est idéale pour observer ce joli petit passereau qu'il ne faudra pas confondre avec le serin cini (serinus serinus) qui aura tendance à arriver plus tard sur les sites de nourrissage et qui préfère se nourrir à terre plutôt que perché sur une mangeoire.

     Portraits d'oiseaux : Le tarin des aulnes

     

     Portraits d'oiseaux : Le tarin des aulnes

     

     Portraits d'oiseaux : Le tarin des aulnes

     

     Portraits d'oiseaux : Le tarin des aulnes

     Une femelle de tarin des aulnes partage la gamelle d'eau avec un moineau, hôte assidu des sites de nourrissage hivernal. 

     Portraits d'oiseaux : Le tarin des aulnes

     Durant sa toilette, cette femelle de tarin des aulnes n'aurait-elle pas des petits airs de chouette chevêche ?

      Repères:

                Longueur: 12 cm

                Envergure: 20 à 23 cm

                Dimorphisme sexuel marqué

    Portraits d'oiseaux (10) : le tarin des aulnes

     

     Les différences entre serin cini et tarin des aulnes paraitront certainement subtiles pour les néophytes.

     

    Crédit photos: © Loxiafilms / Philippe Parolini - 2020

    "Phodessins"  de serin cini d'après photos de Bernard Dupont:  © Leblogadupdup / Bernard Dupont 

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •         Cette rentrée un peu particulière encore placée sous le signe du coronavirus est marquée par l'achèvement d'une série de courts métrages estampillés Loxiafilms.

        

     

          "Les polistes

                                   Après l'article paru en juin,  le film où l'on essaie de vous dire (presque) tout, et en 6 minutes, sur une guêpe pacifique qui souffre, comme notre brave frelon européen, de la mauvaise réputation de ses cousines, les guêpes communes et les guêpes germaniques.

    le making of    

     

                    "Le secret du vieux sureau"

     

     

     

     

        Après l'article "un vieux pot de fleurs" retour en vidéo sur une curiosité botanique inattendue: un appareil racinaire bien particulier.

     

                

                     "En plein vol"

     

                                                   Plusieurs articles publiés ici étaient consacrés au vol des oiseaux et des insectes illustrés avec des photographies prises avec une grande vitesse d'obturation. 

    "En plein vol"  traite brièvement des techniques de vol utilisées par les oiseaux, les rapaces en particulier, et les insectes avec l'étonnant vol sur place du moro-sphinx et le ballet aérien des abeilles et des papillons...

     

    articles en relation avec ce sujet:     

              en plein vol

    envol

     

    Crédit photos: © Loxiafilms / Philippe Parolini - 2020 

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •       Voilà un papillon peu banal que vous pourrez voir évoluer dans "En plein vol".

       Ce petit sphinx fréquente volontiers les jardins et se nourrit en volant sur place. Quand il déroule sa trompe pour pomper le nectar dans les corolles les plus inaccessibles, la ressemblance avec le colibri est surprenante. Vu de près, le corps semble même être recouvert de plumes.

         Alors, comment ce nain volant réalise-t-il ses prouesses aériennes? Au moins deux éléments d'explication: sa masse faible (moins d'un demi-gramme) et une fréquence de battements d'ailes élevée: environ 75 battements par seconde.

    Le moro-sphinx

     

    Le moro-sphinx

     

    Le moro-sphinx

     

    Moro-sphinx, le papillon colibri

                     Moro-sphinx                                                                                         sphinx gazé

    Le moro-sphinx peut être confondu avec son cousin le sphinx gazé qui pratique, comme lui, le vol sur place. Outre la couleur du corps on notera une différence avec le gazé dont les ailes sont transparentes car pourvues d'écailles uniquement sur le pourtour des ailes (En fait, l'imago émerge avec des ailes recouvertes d'écailles qui tombent au premier vol)

     Moro-sphinx, le papillon colibri

     

    Le moro-sphinx

     

    Moro-sphinx, le papillon colibri

     

    Crédit photos: © Loxiafilms / Philippe Parolini - 2020 

     

    En savoir plus : 

     

     

    Site d'André Lequet : insecte.net  le moro-sphinx   Moro-sphinx, le papillon colibri

     

    n°86 de la Hulotte: le moro-sphinx

     

    Ballades entomologiques.com


     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire