•        Misumena vatia  a été décrite pour la première fois par Carl Alexander Clerck en1757. La misumène variable est aussi appelée  "araignée crabe des fleurs" ou "araignée caméléon"         

                Cette araignée appartient à la famille des thomisidae , les araignées "crabes".  Cette dernière appellation se rapportant directement à l'aspect de l'aranéide et à sa manière de se déplacer, sur le côté, comme les crabes.  C'est la femelle, plus grosse, que l'on observe le plus souvent.      

          Dès le mois de juin on peut repérer la dame perchée sur les fleurs blanches... ou jaune, ombellifères ou composées (séneçon, souvent), à l'affût des insectes butineurs...

    ... sur la fleur  ...            

    misumena vatia

     

    ... ou sous la fleur !   Ici, on distingue bien les quatre yeux frontaux, deux petits au centre, "mobiles" et deux gros latéraux. Il ne faut pas se fier à l'apparente inactivité de notre araignée qui joue si bien la statue. Elle est toujours prête à sauter avec une rapidité étonnante sur l'imprudent qui s'aventurerait pour son malheur à portée de ses pattes ravisseuses. On peut dire que misumena sait accueillir ses visiteurs les bras ouverts !

    misumena vatia

     

    Pourtant, elle peut faire preuve d'une étrange clémence en laissant par exemple ce coléoptère lui marcher dessus avant de s'envoler. Ayant observé cette scène plusieurs fois de suite, je soupçonne notre amie de ne pas aimer le gigot de coléoptère ( ici, variimorda villosa (Schrank, 1781) pour les pédants...) !

    Téguments trop durs ? Mauvais goût? 
     

    misumena vatia

     

     Une chose est sûre, diptère et hymènoptères sont le plus souvent à son menu. Capturer un redoutable porte-sabre ne lui fait pas peur.

    misumena vatia

     

         Un autre talent de misumena est l'art du camouflage:  blanche sur les fleurs blanches, elle est capable de devenir jaune sur les plantes jaunes. Elle sécrète un pigment jaune qui reste près de la surface de la peau quand elle se trouve sur une fleur jaune, et qui migre en profondeur quand l'araignée se place sur une fleur blanche. 

      Saurez-vous repérer notre araignée sur la photo ci-dessous?

    misumena vatia

     

     

    Cette abeille solitaire, elle, ne l'a pas vue, à son grand dam ! 

    misumena vatia

      

    Et le mâle dans tout cela ?  

              Cherchez le sur la photo ci-dessous. Vous ne l'aviez pas remarqué ?  Moi non plus...  si vous pouvez vous sentir moins seul !

    misumena vatia

     

    Quelques références web pour en savoir plus sur les thomisidae:

    fiche d'identification 01

    fiche d'identification 02

    wikipedia

    European Society of Arachnology

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo!

    votre commentaire
  • Espèce plutôt farouche en pleine nature, le harle bièvre est devenu très familier dans les villes. Ce canard à "bec denté" présente un dimorphisme sexuel. Madame a une tête brune et une petite huppe tombant sur la nuque.  La tête de monsieur est vert foncé, le corps  plus contrasté avec le dessus des ailes noir et un ventre blanc ou rose. Les photos décriront de manière plus explicite la différence existant entre les deux sexes. Maladroit sur le sol, le harle bièvre est sur l'eau un élégant canard . Il plonge pour capturer de petites proies: poissons, crustacés ou insectes aquatiques et peut rester plusieurs dizaines de secondes sous l'eau. En ville, son régime s'enrichit de nourritures diverses apportés aux colverts encore plus familiers par les promeneurs généreux : légumes et même pain ! 

    Portraits d'oiseau (3) : le harle bièvre

     

    Le harle bièvre

     

    Le harle bièvre

     

    Le harle bièvre

     

    Portraits d'oiseau (3) : le harle bièvre

      

    Portraits d'oiseau (3) : le harle bièvre

     

    Portraits d'oiseau (3) : le harle bièvre

     

    Portraits d'oiseau (3) : le harle bièvre

     

    Portraits d'oiseau (3) : le harle bièvre

     

    Portraits d'oiseau (3) : le harle bièvre



     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo!

    votre commentaire
  •  Je pensais le pigeon idiot. Pourtant, maintenant que je sais qu'il s'adapte beaucoup plus facilement à un changement de latitude qu'un Inuit débarqué en pleine  forêt amazonienne et ceci malgré son petit cerveau et notre "grande" intelligence *, il va falloir que je commence à réviser un jugement quelque peu hâtif ! 

    En attendant, je trouve qu'il a de beaux yeux notre pigeon...  Pas vous?

     

     

     

     

     

     

     Portrait d'oiseau (2) :  l'oeil du pigeon

     

     

     

      

    Portrait d'oiseau (2) :  l'oeil du pigeon

      

     

    Portrait d'oiseau (2) :  l'oeil du pigeon

     

    * Dans l'oeil du pigeon. Évolution,hérédité et culture Luc-Alain Giraldeau - Le pommier 2016

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo!

    votre commentaire
  • Le jour se lève. Les rumeurs de la ville sont couvertes par le bruit des corbeaux et des choucas  rassemblés en concile dans les arbres qui longent le canal. 

    Les rives du Doubs (2)

     

     Ils se disperseront rapidement aux premiers  rayons du soleil hivernal.

    Les rives du Doubs (2)

     

     

    Dans le petit matin glacial de décembre, les colverts ne semblent guère affectés par le froid. La lumière rasante de l'hiver fait briller l'eau de mille feux.

    Les rives du Doubs (2)

      

    Un héron cendré, improbable sentinelle,  semble veiller sur les lieux.

    Les rives du Doubs (2)

     

    Puis c'est l'heure des ragondins. Leur épaisse fourrure imperméable semble beaucoup plus efficace que ma doudoune. 

    Les rives du Doubs (2)

     

     

     Les rives du Doubs (2)

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Les rives du Doubs (2)

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Les rives du Doubs (2)

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    L'eau à 1ou 2° C ne les gêne nullement. Je suis frigorifié  et eux mangent tranquillement dans leur bain glacé ! Mais comment font-il ?  

    Les rives du Doubs (2)

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo!

    votre commentaire
  • Il n'est pas rare d'observer des réactions agressives des corneilles noires vis à vis des buses variables. Ci-dessous, on peut constater que, pour éviter les attaques de la corneille, la buse se retourne en plein vol pour exposer ses griffes.

    Combat en plein ciel

    Combat en plein ciel

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Combat en plein ciel

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo!

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique