•         Un certain nombre de jolis papillons peuvent passer totalement inaperçus. En voici quelques uns qui déploient toute leur beauté sur les fleurs de l'été.

            Erynnis tages le point-de-Hongrie  d'abord, qui de loin parait bien banal. Vu de près, les reflets moirés de ses ailes donnent l'impression d'un habit de velours aux motifs finement dessinés. 

    Les papillons de l'été (3) Le demi-deuil

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Les papillons de l'été (3) Les discrets

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Euclidia glyphica L. la doublure jaune est, pour nos amis anglais, burnet companion, le compagnon de la zygène avec laquelle il partage souvent le même biotope... 

    Les papillons de l'été (3) Les discrets 

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Les papillons de l'été (3) Les discrets

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Les papillons de l'été (3) Les discrets

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Les papillons de l'été (3) Les discrets

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    La pyrauste pourprée (Pyrausta purpuralis L.) la bien nommée au costume rouge taché de jaune.

    Les papillons de l'été (3) Les discrets

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     Lythria cruentaria (Hufnagel, 1767) l'Ensanglantée de l'oseille , au nom bien dramatique faisant référence aux bandes rouges qui barrent ses ailes antérieures.

    Les papillons de l'été (3) Les discrets

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Les papillons de l'été (3) Les discrets

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Crédit photographique:  © Loxiafilms / Philippe Parolini - 2017  

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo!

    votre commentaire
  •           Les Lycaenidaehôtes de nos prés  à la beauté discrète, petits par la taille mais insectes somptueux pour peu qu'on daigne se pencher  pour les admirer.

    Le cuivré (lycaena phlaeasest sans doute  l'un des plus beaux. Les deux sexes sont semblables: ailes antérieures cuivre ponctuées de taches noires et bordées de brun , ailes postérieures brunes bordées cuivre tacheté de noir, les quatre ailes délicatement festonnées d'une fine auréole claire. Difficile de se tromper...

    Les papillons de l'été

     

     

    Les papillons de l'été

     

      Les Lycaenidae cuivré

     

     

    Les Lycaenidae - cuivré

     

     

    Les Lycaenidae cuivrés

     

    Les Lycaenidae - cuivré

     

     

     Le genre Lycaenidae se décline en plusieurs espèces baptisées argus, pas toujours très faciles à distinguer.

    Les papillons de l'été (2) Les Lycaenidae

     

    Les papillons de l'été (2) Les Lycaenidae

     

    Les papillons de l'été (2) Les Lycaenidae

     

     Les Lycaenidae azuré bleu nacré

     

    Les papillons de l'été (2) Les Lycaenidae

     

    Les papillons de l'été (2) Les Lycaenidae

     

    Comme chez le Demi-argus  (lycaena semiargus), le dimorphisme sexuel s'exprime en général par  la couleur des ailes :  bleues pour le mâle, brunes pour la femelle. 

    Les papillons de l'été

      

    Crédit photographique:  © Loxiafilms / Philippe Parolini - 2017 

    Prochain article:     Les papillons de l'été (3) Les discrets 

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo!

    votre commentaire
  •  

    Sous le soleil de juillet (chaud cette année), les zygènes s'activent sans crainte au sommet des quelques fleurs encore épargnées par la sécheresse.

    Le genre se décline en plusieurs espèces pas toujours très faciles à déterminer.

     Zygaena carniolica se distingue aisément grâce aux taches rouges bordées de blanc qui ornent ses ailes.

    Les papillons de l'été

     

    Les papillons de l'été (1)  Les zygènes

     

     La zygène de la coronille présente quant à elle un anneau abdominal rouge qui la différencie de ses cousines.

    Les papillons de l'été

     

    Les papillons de l'été (1)  Les zygènes

     

                   La zygène turquoise (ici, Adscita statices L., femelle) , la bien nommée, exhibe un habit bleu métallisé,  couleur inhabituelle pour un papillon européen.

    Les papillons de l'été

     

                  Zygena filipendula reste la zygène la plus commune. On trouve souvent plusieurs individus de cette seule espèce sur la même fleur. À gauche, deux zygènes s'accouplent... tout en se nourrissant !

    Les papillons de l'été

     

    Les papillons de l'été (1)  Les zygènes

     

    Les papillons de l'été

     

    Crédit photographique:  © Loxiafilms / Philippe Parolini - 2017

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo!

    votre commentaire
  •  Les retenues d'eau sont, pour le héron cendré, un lieu propice à la capture de poissons. Quand le niveau de l'eau est bas, les poissons deviennent des proies faciles. Le héron se prête alors à une curieuse danse et volète d'un caillou à l'autre, s'immobilise, semble hésiter et d'un mouvement vif saisit un poisson aussitôt englouti.Portrait d'oiseau (4) : le héron cendré

     

     

     

     

      

    Portrait d'oiseau (5) : le héron cendré

     

     

    Portrait d'oiseau (5) : le héron cendré

     

    Quand il ne pêche pas, le héron cendré aime à se percher sur la branche d'un arbre qui borde la rivière.

    Portrait d'oiseau (4) : le héron cendré

     

    Portrait d'oiseau (5) : le héron cendré

     

    Portrait d'oiseau (5) : le héron cendré

     

    Portrait d'oiseau (5) : le héron cendré

     

    Portrait d'oiseau (5) : le héron cendré

     

    Il aime aussi a rester sur le quai entre rivière et canal, indifférent au passage des piétons qui l'admirent ou le photographient

    Portrait d'oiseau (5) : le héron cendré

     

    Portrait d'oiseau (5) : le héron cendré

      

    Crédit photographique:  © Loxiafilms / Philippe Parolini - 2017

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo!

    votre commentaire
  •        Misumena vatia  a été décrite pour la première fois par Carl Alexander Clerck en1757. La misumène variable est aussi appelée  "araignée crabe des fleurs" ou "araignée caméléon"         

                Cette araignée appartient à la famille des thomisidae , les araignées "crabes".  Cette dernière appellation se rapportant directement à l'aspect de l'aranéide et à sa manière de se déplacer, sur le côté, comme les crabes.  C'est la femelle, plus grosse, que l'on observe le plus souvent.      

          Dès le mois de juin on peut repérer la dame perchée sur les fleurs blanches... ou jaune, ombellifères ou composées (séneçon, souvent), à l'affût des insectes butineurs...

    ... sur la fleur  ...            

    misumena vatia

     

    ... ou sous la fleur !   Ici, on distingue bien les quatre yeux frontaux, deux petits au centre, "mobiles" et deux gros latéraux. Il ne faut pas se fier à l'apparente inactivité de notre araignée qui joue si bien la statue. Elle est toujours prête à sauter avec une rapidité étonnante sur l'imprudent qui s'aventurerait pour son malheur à portée de ses pattes ravisseuses. On peut dire que misumena sait accueillir ses visiteurs les bras ouverts !

    misumena vatia

     

    Pourtant, elle peut faire preuve d'une étrange clémence en laissant par exemple ce coléoptère lui marcher dessus avant de s'envoler. Ayant observé cette scène plusieurs fois de suite, je soupçonne notre amie de ne pas aimer le gigot de coléoptère ( ici, variimorda villosa (Schrank, 1781) pour les pédants...) !

    Téguments trop durs ? Mauvais goût? 
     

    misumena vatia

     

     Une chose est sûre, diptère et hymènoptères sont le plus souvent à son menu. Capturer un redoutable porte-sabre ne lui fait pas peur.

    misumena vatia

     

         Un autre talent de misumena est l'art du camouflage:  blanche sur les fleurs blanches, elle est capable de devenir jaune sur les plantes jaunes. Elle sécrète un pigment jaune qui reste près de la surface de la peau quand elle se trouve sur une fleur jaune, et qui migre en profondeur quand l'araignée se place sur une fleur blanche. 

      Saurez-vous repérer notre araignée sur la photo ci-dessous?

    misumena vatia

     

     

    Cette abeille solitaire, elle, ne l'a pas vue, à son grand dam ! 

    misumena vatia

      

    Et le mâle dans tout cela ?  

              Cherchez le sur la photo ci-dessous. Vous ne l'aviez pas remarqué ?  Moi non plus...  si vous pouvez vous sentir moins seul !

    misumena vatia

     

    Quelques références web pour en savoir plus sur les thomisidae:

    fiche d'identification 01

    fiche d'identification 02

    wikipedia

    European Society of Arachnology

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo!

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique