•  

           Œil  rouge, tête noire, la foulque macroule (fulica atra) est un hôte fréquent des eaux libres, étangs, rivières, lac et autres gravières.

        Quelques images de l’oiseau rondouillard qui se mêle souvent aux canards, seul ou en petites troupes.

    Portraits d'oiseau (7): la foulque macroule

     

     

    Portraits d'oiseau (7): la foulque macroule

     

      

    Portraits d'oiseau (7): la foulque macroule

     

    Portraits d'oiseau (7): la foulque macroule

     

    Portraits d'oiseaux (8): la foulque macroule

     

     

           Ci-dessous quelques repères pour ceux qui la confondraient encore  avec la poule d’eau.

     

    Foulque macroule                                                                          Poule d'eau

    •  Longueur: 36 à 38 cm                                                                                      Longueur: 30 cm                               
       

       
       
    •  Poids: 600 à 800g                                                                                              Poids: 340g  
       

    Portraits d'oiseaux (7): la foulque macroule

    Crédit photos: © Loxiafilms / Philippe Parolini - 2018  

     

    Pour en savoir plus sur la foulque: La Hulotte n°18

    Portraits d'oiseaux (7): la foulque macroule

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •        Il est probable  que nous passions souvent à côté de petites bêtes qui se cachent (ou pas) sans même soupçonner leur présence. Présence que nous décelons, en général, au moment où l'animal s'enfuit! Car si vous, vous ne l'aviez pas remarqué, lui vous avait vu tout de suite. Il sait qu'en restant immobile il ne déclenchera pas de réaction hostile de la part d'un prédateur.

                 Voici quelques photos où je vous invite à un petit jeu: trouver un petit malin dissimulé dans le décor. C'est parfois facile parfois un peu moins aisé. (solutions dans les commentaires)

            

    Les auriez-vous remarqués ?


     

    Les auriez-vous remarqués ?M

    Les auriez-vous remarqués ?

    Maintenant essayer de déterminer l'espèce à laquelle chacun appartient.

    Les auriez-vous remarqués ?Maintenant essayer de déterminer l'espèce à laquelle chacun appartient.

    Les auriez-vous remarqués ?Maintenant essayer de déterminer l'espèce à laquelle chacun appartient.

    Les auriez-vous remarqués ?

    Maintenant essayer de déterminer l'espèce à laquelle chacun appartient.

     Vous avez vu tout le monde ? Bien.

                    Maintenant essayez de déterminer l'espèce à laquelle chacun appartient.

     

    Crédit photos: © Loxiafilms / Philippe Parolini - 2018 

     

    Partager via Gmail

    6 commentaires
  •    À l'affût de la scène ou de l'image que l'on espère exceptionnelle (c'est rare...), il y a les petits oiseaux familiers qui viennent vous tenir compagnie et occupent votre attente avant le scoop !

    Monsieur Merlot : le merle noir  (Turdus merula) 

       Parmi eux, le merle noir. Monsieur (noir et bec jaune) est moins confiant que madame (brune, bec brun) que l'on voit plus souvent et plus près.

     

     

    Monsieur Merlot

     

     

     

    Monsieur Piaf: le moineau domestique (Passer domesticus)

          Le moineau domestique est bien souvent négligé des photographes. Je trouve, moi, qu'il est bien joli pourtant. Certes son chant ne ravit pas vraiment les oreilles. Mais il reste un piaf bien sympathique.

    Portraits d'oiseau (6): les plus familiers

    Portraits d'oiseau (6): les plus familiers

     

    Portraits d'oiseau (6): les plus familiers

     

    Portraits d'oiseau (6): les plus familiers

     

    Portraits d'oiseau (4): les plus familiers

     

    Ci-dessous un mâle et une femelle. On remarquera la tête et une partie des ailes brun chocolat de Monsieur, la livrée de Madame étant plus discrète, comme souvent chez les oiseaux.

                Qui est photographié ci-dessus? Monsieur ou Madame ?

     

    Portraits d'oiseau (4): les plus familiers

     

    En savoir plus :  Le rouge-gorge familier La Hulotte - n° 103 - automne 2015

     

    Crédit photos: © Loxiafilms / Philippe Parolini - 2018 

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Le papillon qui se prend pour une feuille

       Le citron (Gonopteryx rhamni) est certainement le papillon le plus commun et le plus familier. Dès les premiers jours du printemps, il vient égayer nos jardins. 

       Le mâle est  jaune vif, la femelle, blanchâtre à verte. Chez les deux sexes, chaque aile est ponctuée d'une petite tache plus colorée mais qui reste discrète. Posé, il ressemble à une feuille, l'illusion étant renforcée par la présence de nervures saillantes. 

       De juin à juillet, on trouve les chenilles sur le nerprun purgatif (rhamnus catharticus), la bourdaine (frangula alnus) et quelques espèces voisines. La durée du développement larvaire est d'un mois en moyenne. L'émergence a lieu quinze jours après la nymphose.

       Les adultes qui émergent l'été estivent pour ne reprendre leur activité qu'en automne. Puis ils hivernent avant de se reproduire et finir leur cycle au printemps suivant.

    Le citron, petite feuille volante, permet au photographe de réaliser quelques jolis clichés.  

     

     

     

     

    Le citron (Gonopteryx rhamni )

     

    Les papillons de l'été (6)    Le citron (Gonopteryx rhamni )

     

     

    Crédit photos: © Loxiafilms / Philippe Parolini - 2018

     

    Pour en savoir plus:   

          Le citron sur Lepinet

         Le Citron, maillot jaune du printemps. La Hulotte n°96 - 2011 

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

        Cachée dans l'épaisseur d'un buisson décoratif, une grosse araignée ventrue décorée de raies noires, jaunes et blanches: c'est l'argiope,  Argiope bruennichi  décrite pour la première fois par Scopoli en 1772. 

    Elle attend patiemment une proie, immobile au centre de la toile quelle a tissé, facilement reconnaissable,  lorsqu'elle l'a quittée, par un curieux feston vertical, le  stabilimentum. 

    L'argiope frelon -Argiope bruennichi (Scopoli, 1772)

     

    Elle doit la dénomination d'argiope frelon à son abdomen zébré de jaune et noir qui rappelle les motifs des guêpes et autres vespidés.  Sans doute cet aspect redoutable lui vaut de n'être que peu inquiétée par les prédateurs potentiels que sont les oiseaux.

    L'argiope frelon -Argiope bruennichi (Scopoli, 1772)

     

     L'animal photographié ici est une femelle, facilement reconnaissable: elle est plus grosse et plus colorée que le mâle d'aspect beaucoup plus frêle . Les photos 2 et 3 nous permettent de voir notre amie respectivement en vue dorsale  et en vue ventrale.

    L'argiope frelon -Argiope bruennichi (Scopoli, 1772)

     

    Les proies capturées sont  paralysées par un venin contenant une toxine, l'argiotoxine. L'araignée injecte aussi des sucs digestifs qui liquéfient l'animal, un insecte en général, à l'intérieur de son tégument. 

    L'argiope frelon -Argiope bruennichi (Scopoli, 1772)

     

    Comme l'épeire diadème, elle ne se contente pas d'aspirer le liquide créé par la digestion externe des proies qu'elle capture: elle mâchonne longuement sa victime, petit morceau par petit morceau.

    L'argiope frelon -Argiope bruennichi (Scopoli, 1772)

     

     Les petites proies engluées sont vite consommées. Les grosses proies sont empaquetées dans un filet de soie.  

    L'argiope frelon -Argiope bruennichi (Scopoli, 1772)

     

      Il est courant d'observer des petits diptères qui viennent s'inviter à la table de l'argiope. Étrange mansuétude vis à vis de ces nains ventrus qui, sans complexe, viennent profiter du repas de l'ogresse. Ils sont qualifiés de cleptoparasites par les scientifiques 

    L'argiope frelon -Argiope bruennichi (Scopoli, 1772)

     

         Parmi les cleptoparasites, on peut compter des représentants des genres  Desmometopa, Phyllomyza ou Neophyllomyza.

       La mouche scorpion ou panorpe (Panorpa communis )  est, elle aussi,  susceptible de s'inviter à la table de l'argiope et de diverses  araignées.

    L'argiope frelon -Argiope bruennichi (Scopoli, 1772)

     

    L'OPIE Franche-Comté réalise actuellement une enquête sur l'argiope. Vous pouvez participer à cette enquête si vous apercevez notre araignée dans votre jardin  en cliquant sur le lien ci-dessous !

       Enquête argiope 2018

     

    Prochain article:  "Carte noire"  quand la photo devient dessin (2)   

    Crédit photos: © Loxiafilms / Philippe Parolini 2018 

     

     



    Partager via Gmail

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique