• LA NATURE ET LES PETITES BÊTES

    Cette rubrique n'a pas la prétention de donner des renseignements exhaustifs sur les sujets abordés. Il s'agit en général de présenter de manière la plus agréable possible un animal, insecte ou oiseau, à l'occasion d'observations personnelles (une sorte de carnet naturaliste). Les liens (en caractères gras dans le texte) et le paragraphe "en savoir plus"  renvoient à des sites fournissant des indications complémentaires. Bonne lecture. 

  •      Encore collégien, je me levais très tôt le matin avant les cours pour observer, écouter et enregistrer les bruits de la nature (quelques uns de mes professeurs s'en souviennent je crois).

         Au printemps, en entrant dans la forêt, les chants d'oiseaux emplissaient l'espace sonore d'un brouhaha merveilleux. J'avais l'impression de pénétrer dans une cathédrale de verdure, dans un lieu sacré entièrement dédié à la musique aviaire. Moment mystique pendant lequel je pensais, à chaque fois, vivre les origines de la vie.  Parmi tous ces chants, celui de la grive musicienne et, surtout,  dès l'orée du bois, les trilles inlassablement répétées d'un citoyen qui nous intéresse aujourd'hui, le pinson des arbres ((fringilla coelebs). L'un des premiers oiseaux que j'ai su identifier et que j'associe  aujourd'hui encore aux souvenirs de ces impressions naïves d'adolescent.

        Le pinson des arbres est l'un de nos plus jolis fringilles. Le mâle exhibe un capuchon gris, des joues et une poitrine rose, des couleurs particulièrement éclatantes au printemps qui s'atténuent à la mauvaise saison. Comme chez de nombreuses espèces, la femelle portant robe grise est plus terne, les deux sexes portant une barre alaire blanche bien marquée. Le joli costume du pinson en fait un oiseau photogénique et permet de réaliser de beaux clichés sans trop se fatiguer.

       S'il peuple à l'origine les milieux forestiers on le trouve dans  de nombreux habitats. C'est aussi un habitué des mangeoires et des sites de nourrissage où il devient l'un des oiseaux les plus familiers. Les populations du nord et du nord-est de l'Europe migrent en octobre vers le sud et le sud-ouest.

       Après une nette diminution dans les années 90, les effectifs semblent en équilibre et en légère augmentation (+ 4%)  depuis le début des années 2000 *

    * source vigie-nature 

    Portrait d'oiseau (18) : le pinson des arbres

     

    Portrait d'oiseau (18) : le pinson des arbres

    Comme chez de nombreuses espèces, le mâle de pinson des arbres (à gauche) est plus coloré que la femelle (à droite).

    Portrait d'oiseau (18) : le pinson des arbres

     Les couleurs du pinson sont plus vives au printemps et palissent à la mauvaise saison.

    Portrait d'oiseau (18) : le pinson des arbres

     

    Portrait d'oiseau (18) : le pinson des arbres

     

    Portrait d'oiseau (18) : le pinson des arbres

     

     

    Portrait d'oiseau (18) : le pinson des arbres

     

     

     

    Repères

     

    Taille:15 cm

    Dimorphisme sexuel marqué: mâle plus coloré avec capuchon gris, joues et dessous rose.

     

    Portrait d'oiseau (18) : le pinson des arbres (fringilla coelebs)

     

     

    En savoir plus

                           Une petite vidéo de la LPO   Le pinson des arbres

                           Article   Le pinson des arbres  -  oiseaux.net

                           Article Wikipedia Pinson des arbres

    Crédit photos et photomontage © Loxiafilms / Philippe Parolini - 2021 

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

          Le moineau domestique alias piaf ou pierrot, est devenu tellement familier que l'on finirait presque par oublier son existence. Cet illustre, finalement inconnu, intéresse peu les photographes qui lui préfèrent, en général, des oiseaux plus colorés et moins communs. Pourtant, en attendant d'autres espèces, je ne peux pas m'empêcher à chaque affût de "shooter" ce magnifique petit braillard, photogénique en diable. De loin, il ne paie pas de mine. Observé de plus près, il montre en fait un plumage finement décoré. Ventre gris clair, Monsieur dont la tête est ornée d'un superbe capuchon gris et marron porte une bavette noire du plus bel effet. Si Madame arbore un habit moins seyant, sa robe plus uniforme n'en n'est pas moins élégante, la tête quant à elle ne présentant qu'un fin sourcil clair qui se prolonge et s'épaissit en l'arrière de l’œil. Il se distingue ainsi facilement de son cousin, le moineau friquet (Passer montanus) chez lequel les deux sexes portent un capuchon totalement brun et une tache noire sur les joues.

       C'est en bandes nombreuses et bruyantes qu'il colonise les lieux habités, et qu'il dévalise les mangeoires, laissant peu de place aux espèces les plus timides. Encore bien présent en milieu campagnard, il donne ainsi l'impression d'être très abondant et plutôt envahissant. En fait, comme de nombreux passereaux, on note une baisse globale de 70% de ses effectifs depuis les années 80 et il disparait des grandes villes (population divisée par 4 à Paris).

     

    Portraits d'oiseaux: le moineau domestique (passer domesticus)

     C'est en bandes nombreuses et bruyantes que le moineau colonise les lieux habités.

    Portraits d'oiseaux: le moineau domestique (passer domesticus)

     La femelle de moineau domestique (à gauche) a le plumage plus terne que le mâle (à droite et en haut).

     

    Portraits d'oiseaux: le moineau domestique (passer domesticus)Le plumage du moineau immature est plus terne et uniforme. Ici un jeune de l'année en automne.

     

    Portraits d'oiseaux: le moineau domestique (passer domesticus)

        Au printemps, les mâles arborent un plumage plus coloré. La bavette noire bien marquée disparait peu à peu avant la mue: la coloration noire affecte l’extrémité des plumes et disparait au fur et à mesure de l'usure de ces dernières. Ci-dessous, à droite, un mâle en automne à la bavette réduite. 

    Portraits d'oiseaux: le moineau domestique (passer domesticus)

     

     

    Portraits d'oiseaux: le moineau domestique (passer domesticus)

     Les moineaux adorent se baigner. Ce sont les premiers à venir faire trempette dans la gamelle d'eau que l'on offre au oiseaux durant l'été.

    Portraits d'oiseaux: le moineau domestique (passer domesticus)

     Sur les sites de nourrissage, le tarin des aulnes ne se laisse pas intimider par l'envahissant moineau.

     

    Repères

    Longueur: 14 cm

    Dimorphisme sexuel:   mâle plus coloré avec capuchon gris sur le haut et brun sur les côtés, bavette noire.

    Portraits d'oiseaux: le moineau domestique (passer domesticus)

     

     

    Crédit photos et photomontage (moineau friquet d'après Bernard Dupont): © Loxiafilms / Philippe Parolini - 2021 

     

    En savoir plus:

     

         Deux excellents numéros récents de la Hulotte consacré au moineau domestique

        Portraits d'oiseaux (17): le moineau domestique (passer domesticus)Portraits d'oiseaux (17): le moineau domestique (passer domesticus)     Un film sympathique de Daniel Auclair: "Mon ami Pierrot"

    Portraits d'oiseaux (17): le moineau domestique (passer domesticus)

     

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

          Silhouette trapue, bec épais, tout de vert vêtu, le verdier est un habitué des parcs et jardins. Il visite volontiers les mangeoires et apprécie les graines de tournesol en compagnie des moineaux, mésanges et autres fringilles, pinsons, gros-becs ou tarin des aulnes. Plutôt confiant, il ne s'en laisse pas compter par les moineaux venus en bande nombreuse faire la loi sur les sites de nourrissage.

       Durant l'été le mâle est plus vivement coloré et n'usurpe pas son nom de verdier. Mâles et femelles arborent tous les deux une bordure d'aile jaune vif. Les jeunes, plus ternes et au ventre rayé  pourraient être plus facilement confondus avec les femelles de tarin des aulnes malgré la différence de taille (14,5 cm pour 12 cm). 

     Portraits d'oiseaux (16): Le verdier (Carduelis chloris)

     

    Portraits d'oiseaux (16): Le verdier (Carduelis chloris)

     

    Le verdier

    En hiver, le plumage des mâles de verdier est plus pâle.  

     Le verdier

     

     Le verdier

     

     Le verdier

    Le plumage des femelles de verdier est plus terne que celui des mâles. La bande jaune sur la bordure de l'aile est présente chez tous les individus.

    Portraits d'oiseaux (16): Le verdier (Carduelis chloris)

     Les jeunes ont la poitrine rayée. La confusion avec le tarin des aulnes est possible. 

    Le verdier

     

    Le verdier

     

    Repères:

     

    Taille : 14,5 cm

    Dimorphisme sexuel : femelle moins colorée que le mâle

     Portraits d'oiseaux (16): Le verdier (Carduelis chloris)

     

     

    Crédit photos: © Loxiafilms / Philippe Parolini - 2021 

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •        Calotte bleue, vivement colorée, confiante, bruyante et agitée, la mésange bleue est l'un des oiseaux les plus familiers. Elle est la première à visiter les mangeoires et à occuper les nichoirs mis à sa disposition.

       Au printemps, les mésanges bleues consomment une grande quantité de chenilles. Elles constituent un auxiliaire précieux pour lutter contre les ravageurs.

       

     La mésange bleue

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

           La mésange bleue est un ravissant petit acrobate qui anime notre environnement proche.

    La mésange bleue

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

        Au printemps, les mésanges bleues consomment une grande quantité de chenilles. Elles constituent un auxiliaire précieux pour lutter contre les ravageurs.

    La mésange bleue

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    La mésange bleue

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     La mésange bleue

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

           Installer des nichoirs favorise la reproduction des mésanges bleues... à condition pour elles de trouver suffisamment de proies pour nourrir leurs jeunes.

    La mésange bleue

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

          Installer des nichoirs permet d'observer et de photographier facilement les mésanges... à condition toutefois de rester discret. Ici phodessin réalisé à partir d'un piège photographique ( f 8 ; 1/1500ème de seconde)

     

    Repères :

        Léger dimorphisme sexuel: mâles et femelles ont la même taille et la même couleur de plumage. Les mâles sont parés de couleurs un plus vives, une différence surtout visible au printemps.

        Les jeunes sont de couleur plus ternes avec une tête gris-vert.

        Taille 11,5 cm

     

         Ci-dessous caractéristiques principales de la mésange bleue et comparaison avec les espèces les plus courantes de mésanges.

    La mésange bleue

     

     

    Crédit photos: © Loxiafilms / Philippe Parolini - 2021 

    Phodessins mésanges à longue-queue, mésange noire d'après photos de B.Dupont

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  Installer une mangeoire à destination des oiseaux a le double avantage de mener une action de protection et d'avoir la possibilité de faire de belles observations et même quelques photos sympathiques.

      Les premiers arrivés sont les moineaux, souvent présents en bandes nombreuses.

    La mangeoire

     

    Puis viennent les fringilles: verdiers, tarins des aulnes, en bandes plus ou moins nombreuses, les gros-becs, les pinsons.

     

    La mangeoire

     Photo 1: tarin des aulnes    Photo 2: pinson des arbres   Photo 3: pinson du nord (on l'observe pendant les périodes de grands froids) Photo 4: bouvreuil pivoime

    La mangeoire

     Le gros bec vient souvent en couples ou en petite de bande de 4 à 6 individus. La mangeoire permet d'admirer de près ce bel oiseau plutôt discret et difficile à observer dans son milieu naturel.

    Sans oublier les mésanges.

    La mangeoire

     Les mésanges sont, avec les moineaux et la tourterelle turque les oiseaux les plus assidus au nourrissage hivernal.  Contrairement aux autres mésanges,  la mésange huppée (photo 4) est rarement présente.    ( mésange bleue -photo 1-,  mésange charbonnière - photo 2-  et  mésange nonnette -photo 3-)

     

    La mangeoire

     Le rouge-gorge, solitaire,  vient  seul quand les autres sont partis ou pas encore arrivés...

    La mangeoire

     ... enfin... le plus souvent ! Ici, il est en compagnie d'un verdier.

     

    La mangeoire La pie bavarde le geai des chênes ne dédaignent pas non plus de s'alimenter à la mangeoire.

     

    La mangeoire

     

    De nombreux autres citoyens sont encore visibles sur les sites de nourissage. Parmi eux, le chardonneret (photo 1), la sittelle torchepot (photo 2), l'étourneau (photo 3) et le merle noir (photo 4)

     

     La mangeoire

     

     Parfois, l'écureuil  s'invite à la table des oiseaux.

     

    La mangeoireAvec un peu de chance, on pourra observer des visiteurs de passage... à condition que la mangeoire ne soit pas squattée par la tourterelle turque !

      De bas en haut et gauche à droite: le pigeon ramier se nourrit plutôt au sol (photo 1), la tourterelle turque fréquente assidument la mangeoire et s'y installe même pour dormir quand les réserves sont épuisées (photos 2 et 3) , le grimpereau des jardin ne vient pas au nourrissage mais explore les troncs (photo 4) , le pouillot fitis ne vient pas au nourrissage mais est attiré par les gamelles d'eau mise à disposition des oiseaux l'été (photo 5), observer le pic épeichette (photo 6), sans être improbable sera plutôt un coup de chance. La probabilité d'apercevoir ses cousins, le  pic épeiche et le pic mar, est beaucoup plus élevée.

     

     

    Crédit photos: © Loxiafilms / Philippe Parolini  - 2021

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique