• La mangeoire

     Installer une mangeoire à destination des oiseaux a le double avantage de mener une action de protection et d'avoir la possibilité de faire de belles observations et même quelques photos sympathiques.

      Les premiers arrivés sont les moineaux, souvent présents en bandes nombreuses.

    La mangeoire

     

    Puis viennent les fringilles: verdiers, tarins des aulnes, en bandes plus ou moins nombreuses, les gros-becs, les pinsons.

     

    La mangeoire

     Photo 1: tarin des aulnes    Photo 2: pinson des arbres   Photo 3: pinson du nord (on l'observe pendant les périodes de grands froids) Photo 4: bouvreuil pivoime

    La mangeoire

     Le gros bec vient souvent en couples ou en petite de bande de 4 à 6 individus. La mangeoire permet d'admirer de près ce bel oiseau plutôt discret et difficile à observer dans son milieu naturel.

    Sans oublier les mésanges.

    La mangeoire

     Les mésanges sont, avec les moineaux et la tourterelle turque les oiseaux les plus assidus au nourrissage hivernal.  Contrairement aux autres mésanges,  la mésange huppée (photo 4) est rarement présente.    ( mésange bleue -photo 1-,  mésange charbonnière - photo 2-  et  mésange nonnette -photo 3-)

     

    La mangeoire

     Le rouge-gorge, solitaire,  vient  seul quand les autres sont partis ou pas encore arrivés...

    La mangeoire

     ... enfin... le plus souvent ! Ici, il est en compagnie d'un verdier.

     

    La mangeoire La pie bavarde le geai des chênes ne dédaignent pas non plus de s'alimenter à la mangeoire.

     

    La mangeoire

     

    De nombreux autres citoyens sont encore visibles sur les sites de nourissage. Parmi eux, le chardonneret (photo 1), la sittelle torchepot (photo 2), l'étourneau (photo 3) et le merle noir (photo 4)

     

     La mangeoire

     

     Parfois, l'écureuil  s'invite à la table des oiseaux.

     

    La mangeoireAvec un peu de chance, on pourra observer des visiteurs de passage... à condition que la mangeoire ne soit pas squattée par la tourterelle turque !

      De bas en haut et gauche à droite: le pigeon ramier se nourrit plutôt au sol (photo 1), la tourterelle turque fréquente assidument la mangeoire et s'y installe même pour dormir quand les réserves sont épuisées (photos 2 et 3) , le grimpereau des jardin ne vient pas au nourrissage mais explore les troncs (photo 4) , le pouillot fitis ne vient pas au nourrissage mais est attiré par les gamelles d'eau mise à disposition des oiseaux l'été (photo 5), observer le pic épeichette (photo 6), sans être improbable sera plutôt un coup de chance. La probabilité d'apercevoir ses cousins, le  pic épeiche et le pic mar, est beaucoup plus élevée.

     

     

    Crédit photos: © Loxiafilms / Philippe Parolini  - 2021

     

     

    « Phodessins en couleursBuse variable en phodessins »
    Partager via Gmail

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :